fbpx

Année : 2016Page 1 of 2

Allez tous vous faire foutre

Je crois que je viens de perdre tous les lecteurs qui n’ont pas le sens du second degré, ceux qu’ils l’ont laissé dans le placard ce matin, ou encore ceux un peu pressés. Tant pis, j’espère que le jeu en valait la chandelle, revenez quand vous voulez, vous êtes les bienvenus en vrai !

Doit-on sauver le mauvais goût ?

Le mauvais goût est fustigé sur le net et les forums dédiés à la photographie, tout le monde y va de son bon mot (moi le premier) et les blogueurs les plus populaires ont tous donné leur avis sur le sujet. Mais est-ce que ça a vraiment un sens de faire ça ?

C’est quoi le problème avec la photographie de rue ?

On est un peu en droit de se demander comment on est passé d’une pratique naturelle, et ce que ça signifiait, à quelque-chose qui nécessite un coup de pouce. Et ça tombe bien, ça sera l’objet de cet article.

Pour en finir avec le matériel

J’ai tendance à considérer que la question est sans doute la moins intéressante de toutes celles que l’on peut poser en photographie, c’était d’ailleurs le premier des Saints Commandements du premier article du blog. Pourtant, qu’est-ce qu’elle en agite des débats !

La règle du Game

Je préfère vous prévenir tout de suite, ceci ne sera pas un article sur la photographie. Ou très peu. Considérez-le plutôt comme un billet hors-série, qui vous permettra d’accéder aux coulisses du blog. Que ça soit votre première fois ici, ou que vous soyez un vieux de la vieille, il vous permettra de comprendre un peu comme je fonctionne, et quelle est la règle du Game. Ça me paraissait important de le faire, que chacun comprenne ce qu’il lit et pourquoi c’est là.

Quand Roland Barthes met les choses au clair

Deux jours après la mort de Bon Scott légendaire chanteur d’AC/DC, est paru le livre de Roland Barthes, La chambre claire, soit le 21 février 1980. Non, il n’y a pas de lien entre les deux. Ce qui explique vraiment que je ne l’ai pas lu plus tôt c’est que l’ouvrage, sorti il y a 26 ans, est cher comme au premier jour. Comptez 25€ pour acquérir la bête, quand même !

Guide de survie à l’usage du photographe Rouennais

La France compte 36 000 communes, soit la moitié du nombre de communes d’Europe. Pour le dire simplement, à chaque fois qu’il y a 3 alcoolos et un 4e pour les compter, l’administration considère cela comme une commune. Et dans tout ce fatras administratif inégalement réparti sur le territoire, Rouen est clairement la ville la plus cool. Et je vous parle d’expérience, je les ai quasiment toutes vues, ces villes. Oui, oui, même votre village perdu au fond de la Creuse, c’est d’ailleurs de là que j’écris.

Ce que nous dit le mur de Planck sur la sincérité photographique

Je dis souvent que quand on s’intéresse à la photographie, ou à tout autre discipline artistique, il est important d’aller voir un peu ailleurs, de sortir de sa bulle. Cela permet de remettre notre réflexion en perspective, et aussi, parfois, de tomber sur de nouvelles idées intéressantes. Ce qui m’avait amené à rédiger l’article Mettre la photographie en musique. Pour ma part, j’aime bien m’intéresser aux sciences fondamentales. Je trouve ça assez fascinant de découvrir comment le monde fonctionne vraiment. Et c’est ce qui va nous amener à l’article d’aujourd’hui. Je ne vous cache pas qu’il est assez tiré par les cheveux, et qu’on va partir de très loin (le plus loin possible à vrai dire) avant de revenir à la photographie. Prenez votre courage à deux mains, on démarre.

Quand la photographie est-elle rentrée dans l’intime ?

S’il y a bien un usage qui prédomine dans la photographie actuellement, c’est bien celui de photographier nos vies.

Photographions-nous la réalité ?

La notion de réalité, dans les arts et particulièrement dans la photographie, a été l’occasion d’une production philosophique des plus conséquentes.

Que photographier ?

Si vous vous attendiez à un tutoriel des “10 lieux à photographier pour retrouver l’inspiration”, je crains de faire des déçus.

“Nul n’entre ici s’il n’est géomètre” ou le leitmotiv d’Henri Cartier-Bresson

J’avais déjà parlé d’Henri Cartier-Bresson dans un précédent article (que je vous invite à consulter ici). Le propos était plus de déconstruire le mythe et ses conséquences que d’analyser son oeuvre. Cependant, une phrase de sa biographie(1) m’est restée en tête depuis, et comme vous le savez, quand un truc trotte dans ma tête, faut que ça sorte dans un billet de blog.

Y a-t-il des bons et des mauvais photographes ?

S’il y a une question légitime à poser, c’est bien celle-ci : Y a-t-il des bons et des mauvais photographes ? C’est assez logique d’étudier ce point à un moment de notre réflexion ; on passe tous pas mal de temps à regarder le travail des autres, et à apprendre de ce travail (qu’on l’apprécie ou non d’ailleurs). Est-ce que ça a du sens de dire qu’une photographie est bonne ? Qu’un photographe est bon ?

La question du portrait (avec Christophe Som)

L’article présente une brève histoire du portrait, ainsi qu’une analyse pratique détaillée. J’ai envie de dire : “que demande le peuple ?”

Filmographie : sortez le pop-corn !

Petit recueil de films consacrés à la photographie. Sélectionnés et commentés par mes soins. Rien que ça.

Trouver sa démarche photographique

Je me suis toujours demandé : C’est quoi la photographie ? C’est quoi être photographe ? Et ainsi, je passe d’une source à l’autre (livre, film, pratique), en me disant toujours “C’est plus que ça” à chaque découverte. Aujourd’hui, on fait le bilan de tout ça. Carrément.

Pourquoi j’ai quitté les internets

J’ai assisté récemment à une scène assez surréaliste sur les réseaux sociaux. On y trouvait de jeunes photographes vantant la qualité d’autres photographes en fonction du nombre de leurs likes et de leur place dans le classement des réseaux sociaux photographiques. Alors, je veux bien faire preuve de tolérance, être ouvert d’esprit et prompt à l’écoute, mais il y a un moment, il vaut mieux arrêter les carabistouilles.

Une apologie de l’erreur

J’ai récemment lu l’ouvrage de d’E. Kessels intitulé “Parfaites imperfections”, et j’avoue avoir été assez séduit par le propos du livre.

Comment éviter d’avoir un site web photo tout moisi

Il s’agit aujourd’hui d’aborder la dernière étape avant la gloire et la célébrité (oui, j’avais envie d’une accroche un brin racoleuse) : la publication de vos images en ligne. Vous avez acheté votre boitier, pratiqué énormément, retravaillé vos images et on y est, vous voulez les mettre sur les internets. Cependant, cette étape est pleine de pièges, qui peuvent très vite faire basculer un travail à priori intéressant dans la catégorie “imbuvable”. Parce que sérieusement, si vous ne faites pas un tout petit peu gaffe, internet ça devient vite le festival du ridicule.

Comment retranscrire le monde en photographies ?

Ce livre synthétise les cours que S. Shore donne au Bard College.