fbpx

Étiquette : Internet

J’ai ressorti ma pelle, pour enterrer du cliché

Ainsi, ça n’en finira donc jamais. Si les livres sont le petit charbon de bois de mon esprit, les diverses bêtises que je peux lire sur le net sont clairement l’essence qui leur font souffler toutes leurs flammes. Vous me connaissez depuis le temps, je ne résiste jamais à l’idée de ressortir Pipou, ma belle pelle à péter du cliché. Et aujourd’hui, elle a du boulot.

Comment reconnaître un photographe qui a réussi ?

Vous pouvez ranger les mouchoirs et sortir du noir. Cet article sonne le glas d’une époque bientôt révolue. Je crie tout fort “les mains en l’air”, et vous entendez les cloches tinter. Ce n’est pas la police qui débarque, mais la fin de la branlette qui vient d’être annoncée.

De l’influence de l’influence sur nos photographies (avec Aurélien Pierre)

Nous y revoilà, Aurélien et moi, à retranscrire nos conversations numériques. La dernière fois, nous avions parlé de l’influence des autres sur nos photographies, en rédigeant l’article sur Harry Gruyaert une notion qu’il évoque m’a laissé un peu perplexe, surtout qu’il n’est pas le premier à le dire…

Vers une photographie de comptoir

J’ai toujours cru que le fait que la photographie soit populaire est une bonne chose, mais je me demande si, comme titrait Bourdieu, ça n’est pas devenu un art moyen.

Comment détester malin – Reloaded

Je n’avais pas tout dit lors du dernier épisode (cf. Comment détester malin : tous nos conseils et astuces), il était temps de rattraper ça. Comme précédemment, il s’agira d’analyser ce qui a tendance à m’agacer, de comprendre ce que ça signifie (si tant est que ça signifie quelque chose) et d’en tirer les bonnes leçons. Et aussi de rigoler un peu, c’est jamais perdu dans ce monde de brutes. Au passage, même si j’ai parfois la tête dans les nuages, semblable à la foudre, je ne frappe pas deux fois au même endroit, donc vous pouvez respirer si vous faites de la macro.

Comment tenir un putain de blog

A l’origine ce billet devait être le 50e, une étape numérique semi-sacro-sainte (la centaine de billets étant la véritable occasion de toutes les festivités) qui aurait été un moment idéal pour regarder un peu dans le rétroviseur, et contempler le chemin parcouru, du désert à la foule. Finalement, mon planning de publication a été un peu décalé, les sujets publiés précédemment m’ayant semblé prioritaires. Du coup, cela sera le 53e, chiffre qui, on en conviendra, ne signifie pas grand chose. Mais bon, l’envie est toujours là, alors démarrons.

Et si on cassait du cliché à coups de pelle ?

Vous la connaissez, elle officie dans le plus grand secret sur les internets et forge à chaque coup sa légende. Elle ne laisse derrière elle qu’une terre désolée et aride où rien ne repousse. Elle frappe fort, déterre les éléments pertinents et enfouit les autres jusqu’aux abîmes de la croûte terrestre. Son nom fait trembler ceux qui savent qui elle est, oui, aujourd’hui, elle est de retour dans nos contrées, je ressors Pipou, la pelle à casser du cliché.

Pourquoi j’ai quitté les internets

J’ai assisté récemment à une scène assez surréaliste sur les réseaux sociaux. On y trouvait de jeunes photographes vantant la qualité d’autres photographes en fonction du nombre de leurs likes et de leur place dans le classement des réseaux sociaux photographiques. Alors, je veux bien faire preuve de tolérance, être ouvert d’esprit et prompt à l’écoute, mais il y a un moment, il vaut mieux arrêter les carabistouilles.

Comment éviter d’avoir un site web photo tout moisi

Il s’agit aujourd’hui d’aborder la dernière étape avant la gloire et la célébrité (oui, j’avais envie d’une accroche un brin racoleuse) : la publication de vos images en ligne. Vous avez acheté votre boitier, pratiqué énormément, retravaillé vos images et on y est, vous voulez les mettre sur les internets. Cependant, cette étape est pleine de pièges, qui peuvent très vite faire basculer un travail à priori intéressant dans la catégorie “imbuvable”. Parce que sérieusement, si vous ne faites pas un tout petit peu gaffe, internet ça devient vite le festival du ridicule.

“Pourquoi” avant “Comment”

Ou l’art subtil de réfléchir avant d’agir.

Où est passée la connaissance sur la photographie ?

“Discutée par nombre d’esprits éclairés, on ne peut plus dire aujourd’hui que la photographie appartient à ceux qui en maîtrisent la technique, comme à ceux qui en font leur profession. ” Poivert, M. La photographie contemporaine. Paris: Flammarion (2010).



Envie de progresser ?

Abonnez-vous à la newsletter pour recevoir le livre "10 outils indispensables pour votre projet photographique", ainsi que plein de contenus sur la photographie.
S'abonner
Et c'est sans spam, promis.
close-link


Abonnez-vous ici :

Abonnez-vous à la newsletter pour recevoir le livre "10 outils indispensables pour votre projet photographique", ainsi que plein de contenus sur la photographie.

S'abonner
Et c'est sans spam, promis.
close-link
Envie d'avancer ? Recevez le livre "10 outils indispensables pour votre projet photographique"
S'abonner
close-image