L’été 2018, pendant deux semaines, j’ai parcouru Paris, arrondissement par arrondissement, sous un soleil de plomb, j’ai gratté le béton de mes chaussures. Toute la journée et chaque jour, jusqu’en avoir fait le tour.

Pour les études, puis pour le travail, j’allais à Paris depuis Rouen régulièrement  (puis quotidiennement) depuis 2012, c’est de là qu’était né le projet Intercité.

C’est désormais terminé, plus d’aller-retours pour moi. Mais je ne pouvais pas dire au revoir à Paris comme ça. J’ai fait une tournée d’adieu, un baroud d’honneur. En résulte des photographies d’un Paris en pause. En pause entre l’effervescence du matin et celle du soir, en pause comme ma vie entre deux boulots.

Making of du projet.