Les 5 meilleurs livres photo de tous les temps, putain !

Date de la dernière mise à jour : le 18 octobre 2017


Introduction

Me revoilà à vous parler d’ouvrages, après l’article que j’avais rédigé vous conseillant quelques lectures pour l’année qui débutait. Si je m’y attelle à nouveau, c’est parce qu’en discutant avec quelques lecteurs, je me suis rendu compte que la bibliographie était assez dense, et qu’un coup de main, un focus sur quelques ouvrages, pouvait être utile pour s’y retrouver. Pour information, je la mets à jour régulièrement (genre, toutes les semaines), elle foisonne donc de bonnes lectures validées par mes soins. N’hésitez pas à m’écrire d’ailleurs si vous avez besoin de conseils, j’adore discuter bouquins.

Aujourd’hui il va être question de classiques, de l’ultra classique, de la base de la base. Disons que si toutes les bibliothèques du monde devaient brûler au même moment, dans le rayon photo on sauverait ces 5 ouvrages-là pour commencer. C’est ça que j’entends par « meilleurs », ce ne sont pas les plus beaux, ni les plus gros, ni les plus chers, ni les « plus » quoi que ce soit d’autre. Seulement ce sont ceux dont l’impact sur l’histoire de la photographie a été tellement retentissant, qu’il est impossible de faire sans.  Si votre bibliothèque compte déjà plusieurs dizaines d’ouvrages, il y a de fortes chances que vous possédiez un de ceux-ci, et si tel n’est pas le cas, ce sont des achats/lectures qu’il faut très sérieusement envisager avant de discuter photographie avec quelqu’un.

Cette fois je n’ai pas pris le prix en compte dans le choix des bouquins, certains sont un peu chers, mais ce sont de très bon investissements, et aucun ne dépasse 10% du prix d’un appareil photo neuf 😉

Ps : si vous voulez acheter un ouvrage, cliquez sur la couverture ;)

Henri Cartier-Bresson – Images à la sauvette

« Les magazines finissent par faire des cornets à frites. Les livres demeurent. »

Henri Cartier-Bresson

 

Couverture de l’ouvrage – Henri Matisse

Images à la sauvette (The Decisive Moment en version anglais d’Amérique du Nord) est l’un des plus grands livres de photographie jamais publié, si ce n’est LE livre le plus important, tant il a influencé des générations entières de photographes (je pourrais presque consacrer un article à les citer). Sorti en 1952 aux éditions Verve, à l’initiative de l’éditeur Tériade, il regroupe les photographies réalisées par Henri Cartier-Bresson durant les vingt premières années de sa carrière. L’ouvrage se découpe en 2 parties, la première est consacrée à sa période surréaliste (que j’ai tendance à préférer), qui va jusqu’à la fondation de l’Agence Magnum en 1947, et la deuxième à son travail plus orienté photo journalisme, de 1947 à 1952.

Double page de l’ouvrage

L’ouvrage laisse la part belle aux images, une grande place est faite aux photographies, le texte n’est présent qu’en introduction,  et pour le reste, réduit aux légendes, il est imprimé à part sur des cahiers rejetés à la fin de chaque portfolio. L’ouvrage laisse aussi s’exprimer les photographies par la taille qu’il fait : 37×27,4cm, c’est costaud, et de tous ceux de ma bibliothèque c’est certainement le plus grand. Ce format monumental permet aux compositions de s’épanouir et de donner à l’œil l’envie de s’y arrêter ; il a été calculé de façon à respecter les proportions originelles du négatif lors de la mise en page, quelle que soit l’orientation privilégiée.

Enfin, le procédé d’impression magnifie le travail de Cartier-Bresson, l’héliogravure a été employée, mise en œuvre par les meilleurs spécialistes de l’époque, les imprimeurs parisiens Draeger frères pour l’édition originale (pour la réédition de 2014, je ne sais pas qui l’a réalisée). Ce procédé, de haute qualité se distingue par la richesse et la profondeur des demi-tons, ce qui est aussi valorisé par le choix d’un grand papier, à l’aspect mat et à la texture feutrée, relativement épais.

Au final, le rendu est extrêmement proche des tirages originaux. Et ce n’est pas quelque chose que je lance comme ça, emporté que je suis par la fougue de ma plume : je me suis rendu à l’exposition consacrée à l’ouvrage, Henri Cartier-Bresson : Images à la Sauvette qui avait eu lieu à la Fondation du même nom du 11 janvier au 23 avril 2017. De nombreux tirages des images du livre étaient présentés, ainsi que les maquettes, notes, et quelques versions dédicacées du livre. J’ai été surpris de la proximité entre les reproductions et les tirages, je ne m’attendais pas à ce qu’ils soient aussi proches.

2017-04-20 13.17.32 – Copie

Tirages originaux présentés à l’exposition Henri Cartier-Bresson : Images à la Sauvette, Fondation Cartier-Bresson, 11 janvier au 23 avril 2017.

2017-04-20 13.42.21

Exemplaire anglais de l’ouvrage de Martin Parr, dédicacé par l’auteur. Présentés à l’exposition Henri Cartier-Bresson : Images à la Sauvette, Fondation Cartier-Bresson, 11 janvier au 23 avril 2017.

Enfin, on ne peut parler de cet ouvrage sans parler de sa couverture, réalisée par Henri Matisse, un ami de l’auteur et grand artiste. Elle représente de façon quasi abstraite un oiseau tenant une branche d’olivier (en noir au centre), une montagne (en haut à gauche), le soleil (à droite), un lac (le losange bleu) et un buisson. Je n’ai aucune idée du lien avec le contenu du livre, mais c’est joli. Voilà.

L'ouvrage est disponible ici, je l'avais payé 98€, mais le prix n'a fait que grimper depuis.

Robert Frank – Les Américains

Il est relativement aisé de décrire l’impact qu’a eu le livre Les Américains de Robert Frank et c’est aussi facile à mémoriser : il a lancé toute la street-photography nord-américaine. Ni plus, ni moins. Une fois que ça c’est dit, on sait à quel genre de calibre on a affaire. On va commencer par souligner le monument que représente ce travail par quelques chiffres et un peu de contexte. Frank décroche une bourse Guggenheim grâce laquelle il va voyager à travers les Etats-Unis pendant 18 mois. Il rapportera de ce voyage 23 000 négatifs, et après un tri acharné produira un ouvrage de 83 images.

Posons-nous deux secondes, histoire de comprendre la folie derrière ces chiffres. Déjà, il a pris près de 1 200 photos par mois, soit plus d’une pellicule par jour, tous les jours, pendant un an et demi. Ce n’est pas rien. Mais plus que ça, l’écrémage vous donne une idée du monstrueux travail d’édition derrière l’ouvrage, Frank ne présente que 0.36% du travail qu’il a produit, donc 99,64% de ce qu’il a produit sur cette année et demie de boulot est parti à la poubelle et vous ne le verrez jamais.

Photographie – R. Frank

Mais revenons à l’ouvrage, il a d’abord été publié en France par Robert Delpire en 1958 puis l’année suivante aux États-Unis. Le travail de Frank est assez éloigné des standards de la photographie de l’époque, ce qui lui a causé pas mal de difficultés pour trouver un éditeur. Delpire le publie dans la collection Encyclopédie Essentielle qui visait à la base à présenter une vision du peuple de chaque pays (grossièrement). A noter qu’en France il est d’abord sorti avec une préface différente de celle sortie aux Etats-Unis (avec des textes Simone de Beauvoir notamment). Actuellement, seule la version américaine est rééditée et traduite, avec la préface de Jack Kerouac. Le corps du livre est quant à lui monté comme un film, où chaque image complète la précédente, ce qui donne à l’ensemble une vision cohérente.

Le livre a reçu un accueil plus que mitigé aux Etats-Unis, notamment pour le portrait en demi-teinte qu’il dresse de cette Amérique en pleine croissance économique, d’autant plus mal pris qu’il est fait par un étranger (Frank est Suisse). Sous le regard de Frank, le vernis s’écaille, les différences de classe dans la course à la prospérité économique sont flagrantes. De plus que sa technique est inusuelle pour l’époque, car faite d’imperfections : jeu sur les flous et la mise au point, sous-expositions, recadrages, etc. Les ventes se font donc timides au début, quand même aidées par le prestige associé au nom de Kerouac.

Le sociologue Howard S. Becker a écrit à propos de Les Américains :

Les Americains, le retentissant ouvrage de Robert Frank, est d’une certaine façon empli des réminiscences de l’analyse de Tocqueville sur les institutions américaines, et de celle des thèmes culturels de Margaret Mead et Ruth Benedict. Les photographies de Frank, prises dans des endroits disséminés partout dans le pays, reviennent encore et encore sur des thèmes comme le drapeau, l’automobile, la race , les restaurants, faisant de ces artefacts – grâce au poids des associations où il les enracine –  des symboles profonds et significatifs de la culture américaine.

 

Photographie – R. Frank

L'ouvrage est disponible ici, pour 40€.

Josef Koudelka – Exils

Connu pour ses images de Gitans, le photographe Josef Koudelka, membre de la prestigieuse agence Magnum, est l’auteur d’un livre culte qui a  aussi influencé de très nombreux auteurs : Exils. Il s’agit sans doute du plus puissant vent de liberté qui ait jamais soufflé sur la photographie. Paru en 1988, ce livre est une chronique de 20 ans d’errance à travers toute l’Europe dans les années 70 et 80, après que Koudelka a quitté sa Tchécoslovaquie natale envahie par les Soviétiques.

Photographie – J. Koudelka

Et quand je parle de liberté et d’errance, je pèse mes mots : Koudelka ne prend pas de commande (un comble quand on travaille en agence), il vit pour sa photographie, point barre. Il erre, à pied, à travers l’Europe avec son appareil et un sac de couchage, c’est tout. Il dort sur le bord des routes, dans les champs, quand on veut bien l’héberger, parfois chez des amis ou des photographes de l’agence.

Et cette errance, cette errance totale, contribue à créer, par la franchise des photographies de Koudelka, l’ambiance exceptionnelle de l’ouvrage. Je veux dire, on apprécie tous de se retrouver un peu seul parfois, une rando, des vacances éloignées, etc. Mais la véritable solitude, l’errance sans but, sur une aussi longue durée, il est très difficile de s’imaginer ce que c’est, ce que l’on peut ressentir en menant une telle vie. Eh bien, Exils vous en offre un aperçu des plus réalistes, directement depuis le confort de votre canapé.

2017-04-20 15.11.11

La fabrique d’Exils, tirage d’une photographie de Josef Koudelka (env. 80cm de large) – Centre George Pompidou

J’ai eu l’occasion de voir des tirages de cet ouvrage mythique au centre George Pompidou, à l’exposition La fabrique d’Exils, programmée suite au don par Koudelka d’une partie de ses tirages au Centre. C’était assez impressionnant, par leur dimension, leur qualité, et aussi parce qu’il faut se rappeler que la photographie ne se vit pas que derrière un ordinateur, mais aussi dans des expositions (et dans les ouvrages) qui donnent tous deux un point de vue plus proche sur l’oeuvre de l’artiste telle qu’il l’a produite.

Mais je ne m’étends pas plus sur Exils, j’y consacrerai sûrement un billet à part entière. Notez-le, et tenez-vous le pour dit.

Photographie – J. Koudelka

L'ouvrage est disponible ici, pour 50€.

William Eggleston – William Eggleston’s Guide

Ceux qui lisent le blog régulièrement connaissent ma passion sans fin ni faille pour Eggleston. Cela doit être approximativement la 140e fois que j’en parle, ou que je le cite comme exemple. C’est donc sans surprise qu’il prend sa place dans sa sélection, surtout quand on considère l’importance du William Eggleston’s guide.  L’ouvrage a été publié suite à l’exposition d’Eggleston au MoMa, sous la direction de John Szakowski (qui rédige d’ailleurs la préface de l’ouvrage).

Le William Eggleston’s Guide a été l’une des premières expositions de photographies en couleur proposée au MoMa, et l’ouvrage est aussi un des premiers. Il faut bien se représenter le choc que ça a fait à l’époque, où la couleur était considérée comme vulgaire, bonne pour la pub et loin des canons artistiques. C’est un peu comme si, là, demain, le Louvre organisait une exposition « Le grand art d’Instagram »… ça ferait grincer des dents. Mais Eggleston a beaucoup apprécié cette réception plus que sceptique, une preuve pour lui qu’il allait dans la bonne direction (difficile de toute façon d’être précurseur quand tout le monde est d’accord avec soi).

Vue de l’ouvrage

L’exposition et donc l’ouvrage qui en découle ont forcé le monde de l’art à laisser une place à la photographie en couleur, ce qui n’est pas rien. D’autant plus que les photographies d’Eggleston pourraient passer pour des instantanés d’albums de familles, prises par l’Américain moyen. Alors qu’au contraire, elles témoignent avec force de sa maîtrise de la couleur comme d’un élément à part entière de la composition photographique.

Quand au livre, c’est aussi une belle édition, à un prix plus qu’abordable. La couverture est en cuir, avec la photographie du tricycle, y est tamponné le nom d’Eggleston en lettres d’or (dans le style des albums de photographies de classe américaines). ll contient 48 images (sélectionnées dans un lot de 375) prises entre 1969 et 1971. La légende raconte qu’Eggleston se baladait partout avec une petite valise contenant ses images colorées, et que c’est Szakowski qui l’a aidé à sélectionner le contenu final. Dans l’ouvrage on voit des gens, des paysages et des moments étranges dans et autour de la ville natale d’Eggleston, Memphis : une femme anonyme dans une robe à gros motifs, sa pose est peu naturelle, figée, et même guindée sans doute faute d’habitude d’être photographiée sur un canapé extérieur ; un barbecue au charbon, un tricycle en argent brillant, les courbes d’un garde-boue de voiture d’un noir étincelant ; une minuscule femme aux cheveux gris dans un peignoir fleuri et pâle…

Photographie – W. Eggleston

L'ouvrage est disponible ici, pour 27€.

Sebastiao Salgado – Genesis

Dans Genesis, mon appareil photo a permis à la nature de me parler. Écouter fut pour moi un privilège.

Sebastião Salgado

Si la photographie était un jeu, Sebastião Salgado serait clairement dans les boss de fin. L’ouvrage dont je vais vous parler, Génésis, est le plus récent de la liste, mais pas pour autant des moindres. Salgado est un photo journaliste, connu pour son travail sur les exodes et la famine. Ce dernier l’ayant épuisé, tant physiquement que psychologiquement, il a décidé de se retirer quelque temps dans sa ferme au Brésil. C’est là qu’il a eu l’idée de ce projet : photographier la terre comme elle était à ses origines, loin de la main de l’Homme et de la société industrielle et capitaliste.

Les chiffres donnent le tournis, le projet lui a pris 8 ans pendant lesquels il a visité 134 pays, en plus de 30 voyages. Au cours ces voyages, il s’est déplacé par tous les moyens possibles (à pied, en avion, en bateau, en canoë et même en ballon), pour atteindre les endroits les plus reculés de la planète, dans des conditions parfois dangereuses, Salgado a réuni des images qui nous montrent la nature, les peuples indigènes et les animaux dans toute leur splendeur. L’ouvrage est exclusivement en noir et blanc, donc Salgado a une maîtrise totale, le rendu est très esthétique, presque baroque. Il n’aurait pas à rougir face au travail d’Ansel Adams.

Vue de l’ouvrage

L’ouvrage présente une une vision complète des espaces les plus préservés de la terre : les espèces animales et les volcans des Galápagos; les manchots, les lions de mer, les cormorans et les baleines de l’Antarctique et de l’Atlantique sud ; les alligators et les jaguars du Brésil ; les lions, les léopards et les éléphants d’Afrique ; la tribu isolée des Zoé au fin fond de la jungle amazonienne ; le peuple Korowaï vivant à l’âge de pierre en Papouasie occidentale; les éleveurs de bétail nomades Dinka du Soudan ; les nomades nénètses et leurs troupeaux de rennes dans le cercle arctique ; les communautés mentawai des îles à l’ouest de Sumatra ; les icebergs de l’Antarctique ; les volcans d’Afrique centrale et de la péninsule du Kamtchatka ; les déserts du Sahara ; le rio Negro et le rio Juruá en Amazonie; les failles du Grand Canyon ; les glaciers de l’Alaska…

Salgado considère Genesis comme sa «lettre d’amour à la planète», et c’est clairement une lettre qui fera date. On pourra la transmettre à nos enfants, pour leur montrer à quoi ressemblait la planète « avant ». Un film a été tourné autour de l’histoire de Salgado et de cet ouvrage, Le sel de la Terre, dont je vous avais déjà parlé ici.

Vue de l’ouvrage

L'ouvrage est disponible ici, pour 50€.

Conclusion

Bon, même si j’ai l’impression d’enfoncer des portes ouvertes en disant ça, la sélection que je présente ici est au final personnelle. Après, je ne doute pas que si on faisait un sondage sur des milliers d’amateurs de photographie, ces ouvrages reviendraient sans aucun doute dans les 10 premiers. Une façon subtile et délicate de vous dire que, malgré la subjectivité de l’article, je ne dois pas être bien loin de la vérité.

Après, en me limitant à 5, j’en ai forcément oublié, je vous invite donc à compléter la liste en commentaires, si vous avez un ou deux titres à suggérer 🙂

Enfin, notez que vous pouvez vous offrir tout ça pour 270€. C’est à peine le prix d’un zoom de basse qualité, et probablement 1/3 de ce que votre boîtier a coûté. C’est dingue non ? Toute cette culture, cette histoire de la photographie, pour si peu. Je me permets de le souligner, parce que c’est quand même une putain de chance, je veux dire, un amateur de sculpture, il ne peut pas s’offrir les 5 plus grandes œuvres de tous les temps pour ce prix. Et même les livres (en deux dimensions) n’ont pas la même proximité avec les œuvres originales. On a quand même du bol :D.

Prenez des photos et prenez soin de vous.


Ps: j’ai écrit l’article en écoutant ce morceau, bande originale du film Ma vie de Courgette que je vous conseille.

 


N'oubliez pas de partager l'article !
Share on Facebook16Tweet about this on Twitter3Share on Google+0Email this to someone

← Previous post

Next post →

10 Comments

  1. Mathieu

    Tres bel article ! Évidemment subjectif mais il fallait faire des choix. J aurai mis dans les 5 (ou 6eme) Street Photographer de Vivian Maier.

    • Hello!
      Alors c’est une suggestion intéressante, mais elle n’aurait pas vraiment eu sa place ici.
      L’article porte sur les livres photo, pas sur les photographes. Et Vivian Maier n’a pas réalisé son livre, il a été fait après sa mort par Malof qui détient le fond photographique. Elle l’aurait peut-être détesté ou fait totalement autrement (d’ailleurs le fait qu’elle n’en ait pas produit de son vivant est sans doute un signe).

      Bonne journée 🙂

  2. Merci pour tes savoureux articles que je me délecte à lire !
    Je profite de cet article pour me permettre de conseiller un booking, qui n’est pas un livre de photos ni un livre sur un photographe particulier, mais qui présente une super rétrospective de la photographie. Un peu intello parfois, mais l’approche reste intéressante, et c’est une mine d’informations sur des photographes, que l’on peut « visiter » ensuite sur internet.
    André Rouillé : « La photographie » (chez folio essais)

    Bonne journée

  3. Julien

    Hello,
    Tout d’abord merci pour ton blog qui est une vraie mine d’or pour un débutant comme moi.
    Vu que tu nous y invite petite question concernant les livres : j’ai vu qu’il y avait pas mal de beau/gros livres sur Magnum sorti récemment, un conseil les concernant ? Vu que c’est récent il est fort probable que tu n’es pas eu le temps de t’y pencher, mais peut être que si ou peut être as tu déjà eu des retours 😉
    Bonne journée,
    Julien.

    • Hello !

      Alors content que le Blog te serve !

      Pour Magnum oui, il y en a eu beaucoup sortis récemment pour les 70 ans de l’agence et quelques rééditions.
      J’ai déjà lu :

      • Magnum Magnum, où les photographes se présentent les un les autres (ça change des histoires). C’est assez frais comme format je trouve. Il date d’il y a quelques années. Ça donne une vision « interne » de l’agence que j’aime bien. J’ai illustré cet article des photographies que j’avais découvertes dans le livre.
      • Il y a aussi Magnum Contact sheets, à mon avis c’est le must-have sur le sujet. Chaque photographe y présente des planches contact et son travail d’édition, pour reprendre ton expression, c’est une vraie mine d’or
      • Enfin il y a cette Histoire de l’agence Magnum, de Clara Bouveresse. Pour le coup il est sorti pour les 70 ans de l’agence, mais je ne l’ai pas encore lu. J’envisage de l’acheter, mais j’ai pas mal de lectures à terminer encore, donc c’est en stand by.
      • Quoiqu’il en soit : Merci de me lire 🙂 N’hésite pas à me dire ce que tu achètes et ce que tu en auras pensé.

        A bientôt, Thomas.

      • Julien

        Super, merci du retour 😉
        Je pense que je vais m’orienter dans un premier temps sur les contact sheets. En plus du « Tout sur la photo panorama des chefs-d’œuvre et des technique » trouvé dans la biblio.
        Je tacherais de venir faire un petit retour quand ce sera lu, voir digérer.

        J.

  4. Le livre de Salgado m’émerveille, même ouvert la centième fois…Et il y aura encore d’autres « feuilletages »…Je le conseille 1000 fois à tous les amoureux du noir et blanc et de notre (encore mais pour combien de temps ? ) belle planète…

Laisser un commentaire