Le noir et blanc dans la photographie contemporaine [N&B 4/4]

Date de la dernière mise à jour : le 3 septembre 2017


Après avoir vu pourquoi photographier en noir et blanc, comment voir en noir et blanc, et comment composer une image en noir et blanc il était temps de se faire un peu plaisir. Cet article présentera donc, en guise de conclusion, des artistes contemporains utilisant la photographie en noir et blanc pour s’exprimer. Et oui, celle-ci n’est définitivement pas morte.

Nick Brandt

Nick Brandt est un photographe anglais qui photographie exclusivement la vie sauvage en Afrique. Il n’utilise pas de téléobjectif comme il est d’usage dans la photographie animalière (s’approcher est parfois risqué), mais des focales standards (type 50mm) et de la pellicule. Maîtrisant la composition, la gestion des tonalités, et des textures, il réussit un travail vraiment magnifique.

Photographie de N. Brandt

Irving penn

Irving Penn est un photographe américain. Il a contribué à la reconnaissance de la valeur artistique de la photographie de mode. Il a un sens de la composition vraiment hors normes, qu’il a employé à photographier des natures mortes à la fin de sa vie.

Photographie d’Irving Penn

Andy Spyra

Andy Spyra est un photojournaliste allemand. Son travail, centré sur les Balkans  et le Moyen-Orient, a reçu de nombreux prix et a été publié dans de prestigieux magazines (dont le TIME, Géo, Stern, et le New Yorker). Il perpétue une désormais longue tradition de photographie et noir et blanc dans la discipline.

Photographie d’A. Spyra

Damon Winter

Damon Winter est un photographe américain spécialisé en reportage et portrait. Il photographie notamment régulièrement pour le New York Times. En 2009, il a obtenu le prix Pulitzer avec une photographie de Barack Obama prise pendant la campagne électorale de 2008, alors qu’il n’avait jamais couvert de campagne électorale jusqu’alors. Ci-dessous, quelque clichés issus de cette série, auquel le noir et blanc apporte une certaine intensité.

Photographie de Damon Winter

Photographie de Damon Winter

Photographie de Damon Winter

Anuar Patjane Floriuk

Anuar Patjane Floriuk est un photographe né au Mexique. Il se définit lui même comme un anthropologiste social et photographe. Il est intéressé par la création pure et sans limites, sans considération pour les stéréotypes.
Je l’ai découvert pour sa série Underwater Realm (comprenez « Royaume sous-marin »), dans laquelle il photographie la vie sous-marine en noir et blanc. C’est assez inattendu, celle-ci étant pleine de couleurs chatoyantes, elle est usuellement photographiée en couleurs. C’est une série que j’apprécie beaucoup, car elle souligne l’infinie noblesse et la magie du monde sous-marin.

Photographie d’A. Patjane Floriuk

Photographie d’A. Patjane Floriuk

Photographie d’A. Patjane Floriuk

 

Chuck Kimmerle

Chuck Kimmerle est un photographe américain, de Casper dans le Wyoming. Il travaille principalement sur les paysages, avec un sens de la composition très épuré, qui donne à ses clichés (surtout sa série sur l’hiver) un côté presque irréel, magique. Ce travail (personnel) a été diffusé dans de nombreux magazines spécialisés.

Photographie de C. Kimmerle

Photographie de C. Kimmerle

Hiroshi Sugimoto

Hiroshi Sugimoto (杉本博司 pour les japonais) est un photographe japonais partageant actuellement son temps entre Tokyo et New York. Il est réputé pour son excellente technique photographique, centrée sur l’utilisation du format 8×10 pouces et des expositions extrêmement longues. Les aspects conceptuels et philosophiques de son travail sont tout aussi appréciés. Il est connu principalement pour ses séries sur les cinémas (Theaters, où le temps d’exposition est le temps du film, tel des « portraits de film ») ou celle de poses longues de l’océan au format carré, les Seascapes.

Un des Theaters d’H. Sugimoto

Un des Seascapes d’H. Sugimoto

Nobuyoshi Araki

Prenez la personne la plus étrange que vous connaissez, et dites vous que vous êtes encore loin, très loin d’Araki. Inclassable, dérangeant et surement dérangé, il photographie sa vie, comme une œuvre biographique, depuis près de 40 ans. Il s’amusait à envoyer ses premiers livres à des inconnus tirés au sort dans l’annuaire. Son travail porte principalement sur Tokyo, ses aspects délurés et ses bas-fonds (ainsi qu’un peu de bondage et sado-masochisme pour la forme).

Photographie d’Araki

Kosuke Okahara

Kosuke Okahara est un photographe japonais, travaillant principalement sur des sujets sociaux. Sa photographie est très ancrée dans la tradition du photojournalisme humaniste. Son dernier ouvrage porte Fukushima, photographié quand la ville a été abandonnée suite à la catastrophe nucléaire.

 

Photographie de K. Okahara

Conclusion

Au final, photographier en noir et blanc est un choix qui se justifie, mais qui ne s’oppose pas à la photographie en couleur. Ce choix dépend principalement de votre approche et de votre sujet. D’ailleurs, certains photographes très connus pour leurs clichés en noir et blanc (tel Ansel Adams), ont été titiller la photographie couleur à un moment ou l’autre de leur carrière.

 

Jeffrey Pine par A. Adams


Notes :


N'oubliez pas de partager l'article !
Share on Facebook21Tweet about this on Twitter9Share on Google+0Email this to someone

← Previous post

Next post →

6 Comments

  1. Merci pour ce panorama de la photographie en n&b dont vous faites très bien l’éloge.

  2. Francine

    Très bel article, comme d’habitude, sur le N&B. Je serai plus attentive aux couleurs quand je ferai du N&B. Cela m’aurait paru paradoxal avant de lire votre article, mais maintenant j’ai tout compris! Merci 🙂

    • Hello 🙂

      Content que ça vous soit utile !
      Ps : la plupart des appareils possèdent des filtres de couleur (l’équivalent de ceux qu’on mettait devant l’objectif), pensez à les essayer c’est intéressant.

      Bonne journée & à bientôt.

      • Francine

        Ce serait le cas du Fuji X-T2 ? Je viens de me l’offrir et j’ai pas fini le mode d’emploi ! Je croyais avoir tout compris, mais non ! Ces filtres de couleur sont utiles pour le N&B ?

        • Aucune idée, je n’ai jamais utilisé de Fuji.
          C’est dans les réglages du N&B normalement, c’est utile dans le sens où ça modifie le rendu des couleurs quand on passe en N&B. Par exemple, le filtre vert atténue les rougeurs, ce qui est cool pour les portraits.
          Mais tout ça peut être refait sur Lightroom, c’est juste que j’aime bien avoir un rendu proche du résultat final dans le boitier.

Laisser un commentaire