A la base, j’avais ouvert le Blog un peu comme une bouteille à la mer.

Dans mon entourage proche, il n’y avait personne d’aussi intéressé que moi par la photographie, et je me suis dit que ça serait une bonne façon de trouver des gens avec qui échanger. 

Derrière les articles, il n’y a pas une marque générique, un alien ou un robot, mais moi, Thomas (comme le nom du site le laisse subtilement suggérer). Et comme certaines questions reviennent souvent, je me suis dit que ça serait une bonne idée de faire une petite FAQ (foire aux questions, si vous êtes né avant 1985). Démarrons. 

Est-ce que tu as fait des études de photographie ?

Non, absolument pas. A la base j’ai fait des études d’histoire (pour devenir enseignant). J’ai bifurqué vers le patrimoine en cours de route (parce qu’avec la réforme de Sarkozy il fallait un master et que je ne voulais pas en faire un). Comme je suis quelqu’un de cohérent, j’en ai finalement fait 2 : un master Aménagement et gestion du patrimoine culturel et naturel à Rouen. Ensuite, j’ai fait un autre master à l’École nationale des chartes en “Technologies numériques appliquées à l’histoire” à Paris. Et hop, direction le marché de l’emploi. 

T’as commencé quand la photo ?

En 2007. Mon père m’a donné son vieux réflex, un pimpant et véloce Nikon F401. A l’époque j’étais encore à la fac, je faisais beaucoup de musique (guitare & basse), donc je ne m’investissais pas trop dans la photographie. Je ne m’y suis remis vraiment qu’en 2013 en commençant à travailler, c’était plus compatible avec la vie professionnelle que la musique (les répétitions à organiser, c’est la plaie), et je pouvais tout faire seul. 

T’as appris tout ça où ?

Dans des livres, et un peu sur YouTube via des documentaires / interview. J’ai acheté mon premier livre sur la photo en 2014, quelques mois après avoir repris la photographie. Je voulais avoir un peu de culture pour aborder au mieux ma pratique. Je crois que c’était La photographie au XXe siècle de Tashen. C’est clairement les 15€ les mieux investis de ma vie, vu tout ce qui en a découlé et ce que ça m’a apporté ensuite. 

Est-ce que tu vis de la photographie ?

En fait non, c’est à moitié par choix, et à moitié par choix. Dans la vie, je suis Chef de projet études dans une entreprise qui construit des réseaux de fibre optique. Je participe à l’élaboration des réponses aux différentes délégations de service public. Oui, c’est loin du patrimoine.J’aime bien l’idée que la photographie reste à côté, sans obligation, je suis plus libre dans ma façon d’entreprendre et de créer du contenu comme ça. Et je ne me vois pas travailler pour quelqu’un d’autre (je ne prends ni ne prendrai jamais de commande). Cette liberté, elle m’est importante je pense, parce que sans elle (si je devais impérativement gagner ma vie via le Blog), il y aurait sans doutes des choses que je n’aurais pas dites. Le contenu serait plus policé. 

C’est quoi ton matériel ?

J’utilise l’outil le moins cher (on a tous accès à un gratuitement), le plus performant de l’univers (aucun ordinateur, même quantique n’arrive à sa cheville), et transportable (on l’a toujours sur soit) : mon cerveau. Sans lui, j’aurais globalement la vie d’un caillou. Votre photographie doit venir de vous, le reste ça n’est que des outils. Mais, pour y répondre quand même, comme outil j’utilise : Fujifilm X-Pro2 (avec 23mm WR, et 35mm WR), et en argentique : Nikon F100 (avec 50mm 1.8G) et Canonet QL17 GIII (que j’ai tout le temps avec moi, même sous la douche). Selon votre budget, cela peut vous paraître nul ou enviable, mais dans les deux cas : on s’en fiche. Peut importe ce que vous avez, il y a peu de chances que ça vous limite vraiment. 

Comment tu trouves les idées des billets ? 

En fait je ne les trouve pas directement, c’est plutôt l’inverse. Elles viennent de deux façons :

  • Soit de vous, via nos échanges (par mail, dans les commentaires, sur la Page Facebook ou sur Instagram). Vous allez me poser une question, faire une remarque ou autre, et ça va me faire cogiter. Un bon nombre d’articles (dans la première moitié du Blog) viennent des échanges que j’ai eu avec Chris d’Améliorer-ses-photos. Il me lit quasiment depuis le début, et beaucoup de ses questions m’ont inspirées.
  • Soit d’un truc qui trotte dans ma trotte dans ma tête. Je vais lire quelque-chose (dans un livre ou autre), et y repenser souvent. Au bout d’un moment la réflexion se structure, et quand je commence à y penser trop souvent, c’est qu’il est temps de la coucher sur papier. Un peu comme la pensine dans Harry Potter.

Ensuite, souvent, ça se passe comme ça :

Ils arrivent quand les prochains articles ? Tu as des articles d’avance ou tu es plutôt du genre à écrire sur un coup de tête et à publier comme ça arrive ?

Avec 75 articles en 3 ans, ça fait 1 toutes les deux semaines en moyenne. Je n’irai jamais plus vite que ça je pense, j’ai même tendance à ralentir. Faire du bon contenu ça prend du temps, surtout qu’il y a tout un travail caché que vous ne voyez pas, les articles ça n’est pas que l’écriture, je lis une tonne de trucs avant de les sortir, il faut bien les construire, qu’ils soient cohérents, etc.

Et je suis un peu des deux genres. Là j’ai quelque-chose comme 15-20 articles de côté, soit totalement prêts, soit à des états d’avancement divers. Si je ne les publie pas, c’est parce que je ne les trouve pas assez bien ou que le sujet ne m’emballe pas plus que ça (qui a envie de lire « Copyright VS Creative Commons » ? Haha). Il y a certains billets que je publie des mois après les avoir écrit (celui sur Vilèm Flusser par exemple, c’est 7 mois après avoir pris des notes sur le livre), et d’autres très rapidement. Par exemple, celui sur Valparaiso, j’ai lu le livre le soir, j’avais terminé l’article le lendemain à midi, publié le dimanche d’après. C’est variable.

Il y des idées que tu veux encore développer ?

Hum, disons qu’il y en a certaines que je vais moins traiter, comme les vices d’Internet, ou la gestion de projet. On tourne vite en rond en parlant du premier, et comme j’ai écrit un livre sur le deuxième, j’ai envie de passer à autre chose. Là, j’ai envie de plonger plus profondément dans la photographie. De faire plus d’articles comme celui-là : Toute l’intransigeance du noir et blanc, en trois œuvres magistrales. Mais c’est très long à faire.

Tes 3 rêves ultimes en photographie ? Ou en tant que photographe.

  1. Passer une soirée avec Eggleston & Meyerowitz à refaire le monde autour d’une bière.
  2. Le MoMA achète une de mes photographies.
  3. J’ai le droit de rentrer à Paris Photo avec un Kangoo, et je le remplis avec ce que je veux. Et à la fin, on me dit merci.

T’aimes probablement voyager, est ce qu’étudier la photo comme tu fais te fait entrer dans un conflit compliqué lors de faire des photos souvenir ?

Non, je m’en fiche. J’arrive à séparer les deux, mes travaux photo sérieux et mes envie de touristes lambda, ou de mec lambda. Je fais des tonnes de photographies de ma chatte, comme tout le monde. Mais qui résisterait à cette bouille ?

Ma chatte, habillée de sa normalité habituelle.

Ce sera tout pour moi, si vous avez d’autres questions n’hésitez pas, j’y répondrai avec plaisir.